Violaine Lafortune
ARTISTE EN RÉSIDENCE

***

////////////BIOGRAPHIE
 

Violaine Lafortune est titulaire d’un certificat en arts plastiques (UQAT), d'un certificat en création numérique (UQAT) et d’un doctorat en géographie physique (Université Laval). Son travail a été présenté à plusieurs reprises lors d’expositions collectives et de performances solos en Abitibi-Témiscamingue, au Québec, en Angleterre et en Suisse.

Originaire de la région de Montréal, elle vit et travaille à Rouyn-Noranda, Québec.

///////// DÉMARCHE ARTISTIQUE

Dans sa démarche artistique, elle s’appuie sur l’utilisation libre de concepts scientifiques pour explorer le monde qui l’entoure. La géographie, la géologie et la biologie alimentent sa pratique. Les méthodes propres à ces disciplines infiltrent son processus de création. Elle les reprends et les détourne pour découvrir les phénomènes sous un angle inédit et en révéler la substance poétique. Le dessin se trouve à la base de sa recherche plastique. Elle expérimente son caractère intuitif en atelier et lors de performances publiques. Les gestes liés au dessin informent l’ensemble de mon travail qui inclut aussi vidéo, art imprimé et art numérique. À l’interface entre les arts et la science, elle met en lumière des notions de trace, de territoire, de mémoire, d’absence, de vulnérabilité, d’aléatoire et d’imprévu. Elle crée ainsi des œuvres sobres, souvent monochromes, qui se trouvent en tension entre rationalité et contemplation et qui invitent au dialogue. 

//////////DESCRIPTION DU PROJET DE RÉSIDENCE​

REMONTER LE TEMPS D’UNE RIVIÈRE

Le projet de résidence propose un regard croisé et interdisciplinaire sur l’évolution de la rivière SaintAugustin à différentes échelles spatio-temporelles. L'approche est poético-scientifique : les recherches en géomorphologie du professeur Daniel Germain à l’UQAM combinées à sa pratique artistique en dessin vont mettre en lumière des éléments inusités de la rivière. Ce projet est né d’une passion commune entre Daniel et elle pour l’évolution des paysages et d’un désir de travailler ensemble pour explorer le potentiel de réciprocité entre la géomorphologie et les arts visuels. L’appel à résidence de Panache, en ce sens, tombe à point nommé. Daniel s’intéresse aux processus naturels à l’œuvre dans la métamorphose des paysages : avalanches de neige, glissements de terrain, érosion fluviale, etc. Le transport de sédiments dans les rivières sableuses des Laurentides a récemment retenu son attention. Par conséquent, la singularité de la rivière Saint-Augustin avec ses larges bancs de sable, ses méandres abandonnés et son importance pour la population locale s’est rapidement imposée comme un site exceptionnel d’étude. C’est un lieu idéal pour retracer les mutations rapides de la rivière au cœur du Bouclier canadien qui, lui, semble immuable.

 

Au cours de la résidence, Daniel procèdera à des relevés sur le terrain afin de retracer et comprendre les transformations de la rivière dans le temps et l’espace. La rivière change selon les saisons, le climat, et les perturbations de l’environnement avoisinant, mais ce sont surtout les réponses morphologiques (forme et parcours) à ces changements qui intéressent ici le chercheur. La rivière se métamorphose lors d’événements rapides, spontanés et éphémères ou encore lors de changements lents, progressifs et durables. La notion de temps prend donc toute son importance afin de mieux comprendre la rythmicité de la rivière Saint-Augustin et ses empreintes passées et récentes dans le paysage.

 

À partir des méthodes utilisées par Daniel, elle va aussi se pencher sur le caractère évolutif de la rivière Saint-Augustin. Sa participation directe aux travaux de recherche s’inscrit dans sa pratique artistique, laquelle s’appuie sur l’utilisation libre de concepts et méthodes empruntées à la science pour découvrir les phénomènes sous un angle inédit et en révéler la substance poétique. Son propre échantillonnage inclura croquis, photos, vidéos et empreintes. Elle va explorer la série, le multiple et la superposition afin de créer, sur place et de retour en atelier, des dessins et des lithographies qui vont interroger les contrastes mobilité/immobilité du paysage. Ces dessins et lithographies seront une incursion intime et sensible dans sa façon bien personnelle de voir et de rendre compte des activités de recherche en géomorphologie et de l’évolution de la rivière Saint-Augustin.

 

À l’interface entre les arts et la science, il s’ensuivra une exposition où les multiples manifestations du dessin serviront à témoigner d’un paysage dynamique, en constant changement dans le temps et l’espace. L’approche interdisciplinaire proposée ici nous conduira vers des avenues imprévues et porteuses de découvertes tout en amenant vers le public des recherches, des images et des processus qui ne seraient pas accessibles autrement. La résidence d’une durée de deux semaines aurait lieu à la fin août — début septembre. Basés à SaintAugustin ou à Pakua Shipi, ils comptent remonter une partie de la rivière Saint-Augustin en canot, en kayak ou autre embarcation selon les disponibilités. Ils vont mener des entrevues informelles avec la population tout au long de la résidence pour mieux comprendre la rivière.

https://violainelafortune.com/portfolio

***

Ce projet est réalisable grâce à l’appui du Programme de partenariat territorial de la Côte-Nord (la MRC de Sept Rivières, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et le Conseil des arts et des lettres du Québec) et le partenariat avec Voyages Coste.